La vie automatique

128029_couverture_Hres_0

La Vie automatique
de Christian Oster
Editions de l’Olivier

 

A propos
Au départ, il y a l’incendie. Jean a oublié d’éteindre sous une casserole. Il en profite pour oublier aussi sa vie en abandonnant sa maison aux flammes. Acteur de séries B, il va désormais se contenter de survivre. La fiction devient son refuge, la vie elle-même une toile de fond.
C’est dans cette atmosphère de désenchantement qu’il rencontre France Rivière, une actrice encore célèbre qui lui propose de s’installer chez elle. Puis son fils, Charles, un homme intrigant qui sort de l’hôpital psychiatrique. Jean s’attache à ses pas, perd sa trace, s’interroge sur son absence, qui le renvoie à celle qu’il éprouve face au monde.

 

Mon avis
Quel étrange roman et quel étrange personnage !
Que feriez-vous, vous, si votre maison se mettait à brûler ?
Pour sûr vous appeleriez les pompiers, non ? Et paniqueriez un peu, sans doute.
Pas Jean. Jean, lui, il se barre.
Il s’en déleste comme d’autres se délestent d’une chemise devenue trop petite.
Au passage, il se déleste aussi de sa vie. De lui.
Jean est désabusé. Il avance sans trop savoir où il va, ni ce qu’il adviendra de lui.
Et en fait, il s’en fiche un peu.
De rencontres déterminantes en situations tragico-loufoques, le romancier nous fait le suivre. On peut se demander si, même lui, sait où il va. Mais oui, il le sait pertinemment.
On le laisse faire, on colle aux basques de Jean, jusqu’au bout.
Et on espère que, peut-être, il transformera ce rien en tout.

Une lecture surprenante et très agréable !

 

Le tout petit extrait :
« Je me suis octroyé une semaine à l’hôtel. Au delà, financièrement, je prenais des risques. Je ne dis pas que je n’aurais pas pu vendre la maison. j’aurais pu. Je ne dis pas que je n’avais pas tout détruit, en me laissant très peu de chances. J’avais tout détruit, en me laissant très peu de chances. Je ne dis pas non plus que je n’avais pas voulu me faire du mal. Et me détruire moi. Mais je m’étais aussi fait beaucoup de bien. »

Publicités

4 réflexions au sujet de « La vie automatique »

  1. J’aime pas trop ce genre de personnage , j’ai trop eu besoin dans ma vie de faire face à de nombreux problèmes le laisser-aller n’a jamais été une solution, j’aurais bien aimé parfois , mais dans la vrai vie quand des gens dépendent de vous , il faut bien serrer les dents et faire face. Mais bon dans un roman faut voir….

    J'aime

  2. J’ai entendu beaucoup de bien de cet auteur, j’ai bien envie d’essayer !
    Beaucoup de ses livres ont été édités par les éditions de Minuit. En as-tu lu d’autres que tu me conseillerais ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s