Mémé dans les orties

unnamed

A propos

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

 

Mon avis

Il est de ces livres qui font du bien, tout simplement. Qui vous collent un doux sourire sur le visage. Ce roman est de ceux-là, indéniablement.
On le dévore, on s’attache et, parfois même, on grogne un peu comme ce drôle de vieil homme.
Certains diront que ce n’est pas le roman du siècle et je ne pense pas qu’il ait jamais eu cet objectif.
Par contre, s’il a eu celui de nous apporter une belle et grande bouffée d’optimisme et de chaleur, c’est réussi ! Et que c’est bon !
Un petit régal !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s