Une toile large comme le monde

thumb-large_seigne_toilelarge_104

Aude Seigne
Zoé Editions

 

A propos
Sous nos trottoirs et nos océans, des millions de mails transitent chaque seconde à travers des câbles qui irriguent le monde. Surfant sur ce flux continu, Pénélope, June, Birgit et Lu Pan mènent leur existence de « millénials » aux quatre coins de la planète. Fascination ou familiarité, dépendance ou dégoût, leur rapport au web oscille, dans leur travail comme dans leur vie amoureuse. En découvrant l’univers de boîtes et de fils qui les relient bien plus concrètement qu’ils n’imaginent, ils élaborent un plan vertigineux pour atteindre leur but commun : mener une existence hors de la Toile.

 

Mon avis
La toile, ce world wide web, on en use, on en abuse. Elle n’a jamais autant fait partie de notre quotidien.
Récemment, un ami me disait que le net lui fait penser à un membre de la famille indésirable avec qui, pourtant, on ne peut s’empêcher d’être sympa et qu’on héberge depuis des années.
Dans ce roman aux allures de documentaire, une petite troupe de personnages singuliers se demande : Et si on arrêtait tout ? Et si on arrêtait internet ?
Car au delà de la toile humaine qui s’y retrouve, c’est avant tout une toile de câbles, de centres, de secrets bien gardés. Une toile qui bouffe silencieusement la planète et, peut-être même, un pan du coeur des hommes.
Ce roman nous pousse à la réflexion, vulgarise et explique.
Et en s’interrogeant, n’a-t-on pas la sensation qu’il est déjà trop tard ?
Un récit glaçant tant il est ancré dans le réel.
S’il est parfois un poil trop documentaire, ce livre n’en demeure pas moins intéressant et instructif.

 

Le tout petit extrait :
« Il est allongé au fond de l’océan. Il est immobile, longiligne et tubulaire, gris ou peut-être noir, dans l’obscurité on ne sait pas très bien. Il ressemble à ce qui se trouve dans nos salons, derrière nos plinthes, entre le mur et la lampe, entre la prise de courant et celle de l’ordinateur : un vulgaire câble. »

Publicités

Une réflexion au sujet de « Une toile large comme le monde »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s