Tout est brisé

1616-cover-broken-59302e86a67ec-500x732

William Boyle
Traduit par Simon Baril
Gallmeister

 

A propos
Tout semble brisé dans la vie d’Erica. Seule avec son vieux père tyrannique tout juste sorti de l’hôpital, elle n’a plus de nouvelles de son fils Jimmy, un jeune homme fragile parti errer à travers le pays sans avoir terminé ses études. Mais voilà qu’après un long silence, Jimmy revient à l’improviste, en piteux état. Erica fera tout pour l’aider, décidée à mieux le comprendre et à rattraper le temps perdu. Mais Jimmy se sent trop mal à l’aise face à sa mère, dans ce quartier de Brooklyn hanté par ses souvenirs ; un profond mal de vivre que ni l’alcool ni les rencontres nocturnes ne parviennent à soulager. Erica, elle, ne veut pas baisser les bras…

 

Mon avis
Il n’y a rien de plus touchant et mémorable que l’histoire de gens ordinaires.
William Boyle sait à la perfection nous parler d’eux et nous plonger dans cette ambiance sombre qui colle aux basques.
Parfois, on tatonne, à la recherche de l’interrupteur.
Mais où est la lumière, bordel ?!
Et puis, on s’habitue à l’obscurité, on dérive avec cette famille fracassée par la vie.
N’attendez pas de Bam et et de Boum dans ce roman !
Sauf ceux, peut-être, des coeurs qui s’accrochent.
Et des espoirs de reconstruction.
L’auteur fait montre d’une telle empathie envers ses personnages qu’il la partage, la communique.
On peut dire, tous en choeur : Chapeau Mister Boyle !

 

Le tout petit extrait :
« Elle pensa à la croix autour de son cou. Elle la portait depuis qu’elle avait douze ans. Il s’agissait d’une croix toute fine, en or, suspendue à une chaîne très légère. Elle l’extirpa de sous son chemisier et la contempla en la tenant au creux de sa paume. C’était un cadeau de sa marraine, avec qui elle avait perdu contact, ou qui l’avait complètement oubliée. Elle défit le fermoir et laissa la chaîne glisser dans sa main, la croix atterrissant par-dessus tel un vestige de naufrage. Elle songea à la jeter dans la mer, mais préféra l’enfouir dans la poche de son blouson, au milieu des mouchoirs roulés en boule et des pièces de un cent collantes, avant de retourner attendre son père à l’intérieur. »

Publicités

2 réflexions au sujet de « Tout est brisé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s