La huitième vie

La-huitieme-vie

La huitième vie (pour Brilka)
de Nino Haratischwili
Editions Piranha

 

A propos
Géorgie, 1917. Stasia, la fille d’un chocolatier de génie, rêve d’une carrière de danseuse étoile à Paris lorsque, à tout juste dix-sept ans, elle s’éprend de Simon Iachi, premier-lieutenant de la Garde blanche. La révolution qui éclate en octobre contraint les deux amoureux à précipiter leur mariage.

Allemagne, 2006. Niza, l’arrière-petite fille de Stasia, s’est installée à Berlin depuis plusieurs années pour fuir le poids d’un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa nièce de douze ans, profite d’un voyage à l’Ouest pour fuguer, c’est à elle de la retrouver pour la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d’écrire, pour elle et pour sa nièce, l’histoire de la famille Iachi sur six générations.

 

Mon avis
Ce roman fait son poids.
Eh oui, plus de 900 pages quand même !
Cela pourrait en effrayer plus d’un mais il suffit de trouver le bon moment pour l’entamer et entrer dans cette grande saga familiale.
Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une fresque addictive et solidement construite.
Nous suivons huit vies, huit femmes, huit âmes à travers tout le XXème siècle, au départ de la Georgie (pays d’origine de l’auteure).
Et l’histoire se mêle à l’Histoire, celle des heures sombres.
Drames, passions, violences parsèment les huit vies que l’auteure nous raconte avec talent, dans un livre à la fois documenté et profondément humain.
Alors malgré ces 900 et quelques pages, peu de risque que vous vous ennuyiez à sa lecture !

 

Le tout petit extrait :
« Je dois ces lignes à une infinité de larmes versées, je me dois ces lignes à moi, qui ai quitté le pays natal pour me trouver et finalement me perdre encore plus ; mais surtout, c’est à toi, Brilka, que je dois ces lignes.Je te les dois parce que tu mérites la huitième vie. Parce qu’on dit que le chiffre huit est égal à l’infini , au fleuve de l’éternel retour. Je t’offre mon huit.Nous sommes liées par un siècle. Un siècle rouge. A tout jamais, plus huit. »

Publicités

Une réflexion au sujet de « La huitième vie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s