Maison de rêve

livre_galerie_2351
« Maison de rêve »
de Craig Higginson
Mercure de France

 

A propos
Âgée et malade, Patricia compte ses derniers cartons. Sa maison de rêve, la plus belle de cette jolie vallée sud-africaine avec sa roseraie, sa laiterie modèle, son chenil, ses écuries vient d’être vendue. Richard, son mari, perdu dans les brumes de la maladie d’Alzheimer, erre dans le jardin en marmonnant des phrases dépourvues de sens. Mais peut-être en ont-elles…
Les noms, les images, les bribes de souvenirs se mêlent pour faire revivre un passé qu’ils ont voulu oublier. La mort de Grace, la jolie fille qui travaillait à la laiterie, ce n’était pas un accident. Et quand ce dernier soir, justement, revient Looksmart, le jeune Zoulou que Patricia a élevé un peu comme son fils et qui a tant aimé Grace autrefois, les vérités les plus douloureuses risquent d’être mises au jour.

 

Mon avis
Quelque part, en Afrique du Sud.
Patricia s’apprête à quitter la maison où elle a passé toute sa vie.
Une maison qui n’est plus que l’ombre d’elle même. A moins que cela ne soit le cas de ses habitants.
Une maison, surtout, qui n’a rien d’une maison de rêve comme le titre du roman pourrait le laisser croire.
Elle se détériore, vieillit mal.
Comme Patricia qui n’y a pas vécu la vie qu’elle aurait souhaitée, coincé auprés d’un mari infidèle aux lourds secrets.
L’amertume se tapit dans chaque coin, les cartons se remplissent de souvenirs déçus.
Et, un soir, surgit Looksmart.
Patricia pense l’avoir aimé comme un fils.
Looksmart n’entretient à son égard que rancoeur et colère.
Parce qu’il est noir. Parce que dans leur passé commun, la mort de Grace est un point sombre et indélébile.
Une joute verbale s’engage entre les deux êtres. Entre ce qui a été tu et ce qui n’a pas été su.
Les vérités éclatent car elles sont nombreuses à chercher le passage vers la lumière.
Et lorsque la porte de la maison se referme, nul ne sait vraiment ce qu’il adviendra des personnages après ces révélations et celles qu’on préfère encore cacher.
Un roman choral tendu, prenant, à l’ambiance oppressante.
Une excellente lecture !

 

Le tout petit extrait :
« Il sent les années se dilater en lui, entre le jeune homme qu’il était et l’homme qu’il est à présent, et il les voit se dilater autour de lui. Les journées de Patricia, seule dans cette pièce, cette lampe qu’on allume et qu’on éteint, le feu qu’on allume et qui meurt, le jour qui apparaît à la fenêtre et puis s’estompe à nouveau – des milliers de jours vécus sans lui, et il ressent une certaine émotion, provoquée par un sentiment proche de la culpabilité. »

Publicités

5 réflexions au sujet de « Maison de rêve »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s