Celui qui va vers elle ne revient pas

1507-1

« Celui qui va vers elle ne revient pas »
de Shulem Deen
Traduit de l’anglais par Karine Reignier-Guerre
Editions Globe

 

A propos
Marié dès l’âge de dix-huit ans à une femme que sa communauté lui a choisie, Shulem Deen a longtemps mené une vie austère encadrée par les règles strictes des skver. Considérés comme trop extrêmes même par les plus fanatiques – les satmar, les belz, les loubavitch –, les skver font revivre les coutumes et les pratiques des premiers Juifs hassidiques et se tiennent à l’écart du monde extérieur. Seulement, un jour, Shulem s’est mis à douter. Dans ce récit passionnant, il raconte le long et douloureux processus d’émancipation qui a poussé sa communauté ultra-orthodoxe à l’exclure pour hérésie.

 

Mon avis
Voilà une lecture dense qui mérite que l’on prenne le temps de s’y attarder car, au delà d’une analyse des plus fines d’une communauté et de la société, c’est un récit de vie passionnant et émouvant.
Ou comment se poser des questions peut conduire à l’exclusion et, au final, à une liberté tenue à l’écart, jamais effleurée ni goûtée.
Cela ne se fera pas sans remises en question (justement).
Cela ne se fera pas sans douleurs (au pluriel).
L’auteur quitte ce qu’il a toujours connu, vu et subi.
L’auteur n’est plus un des leurs, il est chassé.
Quel homme devenir après cela ?
Comment retrouver les fondations de soi lorsque toutes ses certitudes, jusqu’aux plus fortes et intimes, s’effondrent ?
Comment poursuivre un chemin, quel qu’il soit, privé de ses enfants, et les savoir là-bas ?
Shulem Deen a payé le prix fort de sa liberté et de son courage.
Il en tire un livre sincère qui ne laissera personne indifférent.
Il a d’ailleurs reçu pour cet ouvrage le National Jewish book Award.

 

Le tout petit extrait :
« Je n’étais pas le premier à être banni de notre communauté. Je n’avais pas rencontré mes prédécesseurs, mais j’en avais entendu parler à voix basse, comme on chuchote une rumeur honteuse. Leurs noms et le récit de leurs agissements émaillaient l’histoire de notre village, fondé un demi-siècle plus tôt. »

Publicités

8 réflexions au sujet de « Celui qui va vers elle ne revient pas »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s