84, Charing Cross Road

84-charing-cro-road

84, Charing Cross Road
de Helene Hanff
Traduit de l’anglais par Marie-Anne de Kisch
Préface de Daniel Pennac
Editions Autrement

 

A propos
Une authentique et délicieuse correspondance échangée pendant vingt ans (de 1949 à 1969) entre Helene Hanff, scénariste new-yorkaise passionnée de livres et les employés de la librairie Mark & Co., 84, Charing Cross Road à Londres, spécialisée dans les titres épuisés. Frank Doel, le premier et principal interlocuteur de mademoiselle Hanff, est chargé d’assouvir l’insatiable soif littéraire de sa cliente américaine. Son dévouement, sa délicatesse et sa réserve toute britannique touchent la new-yorkaise, exigeante et avide d’éditions originales, de textes rares introuvables aux États-Unis, « Londres est bien plus près de mon bureau que la 17e Rue », a-t-elle décrété. Très vite, un ton chaleureux et intime s’installe entre les correspondants. La générosité, la vivacité, l’extravagance et l’humour d’Helene attisent la curiosité du personnel de la petite librairie et des proches de Frank Doel, qui à leur tour, participent à cet échange épistolaire. Une véritable et extraordinaire amitié par correspondance s’installe entre les protagonistes.

 

Mon avis
Je dois le confesser, je ne connaissais pas ce recueil avant que les éditions Autrement ait la merveilleuse idée de le rééditer.
Et pour cela, je leur adresse mes sincères remerciements.
Car dés les premières pages, j’ai su que je tenais entre mes mains un livre rare. Un bijou, un incontournable.
Celui que je choierai, relirai sans doute régulièrement et aurai plaisir à offrir autour de moi, aux autres amoureux des livres et des libraires.
Helene est une boulimique de beaux livres, une cliente impatiente, extrêmement cultivée et à la verve piquante. Mais aussi d’une grande générosité, envoyant régulièrement des colis de nourriture à Franck et ses collègues de la librairie, dans un pays encore soumis au rationnement.
Quand l’impétueuse Amérique rencontre la flegmatique Angleterre avec, en leur centre, un véritable amour pour les livres et leurs auteurs, cela donne un roman attachant, un roman qui survivra aux années qui passent, un roman qui survivra à tous ceux qui l’ont précédé et lui succèderont.
Chère Helene, Cher Franck, vous n’êtes plus de ce monde mais je vous prie de croire en ma reconnaissance éternelle.

 

Le tout petit extrait :
« J’adore les livres d’occasion qui s’ouvrent d’eux-mêmes à la page que leur précédent propriétaire lisait le plus souvent. Le jour où le Hazlitt est arrivé, il s’est ouvert à « Je déteste lire des livres nouveaux » et je me suis exclamée « salut camarade ! » à l’adresse de son précédent propriétaire, quel qu’il soit. »

telechargement

Publicités

12 réflexions au sujet de « 84, Charing Cross Road »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s