Dans la forêt

16195403_10211744825757614_6698534888906524716_n

A propos

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Mon avis

Il aura fallu 20 ans pour que ce roman traverse l’Atlantique et nous devons ce beau cadeau aux éditions Gallmeister !
Parce que, oui, ce roman est un présent que nous fait son auteure.
Il ne faut surtout pas résumer ce roman à une histoire post-apocalyptique car c’est tellement, tellement plus que cela.
Je ne sais pas si on en sort vraiment indemne. Moi, bien que l’ayant refermé depuis quelques jours déjà, j’ai l’impression d’avoir laissé une petite part de moi dans cette forêt, auprès de ces deux soeurs.
« Dans la forêt » ne se contente pas de nous emmener dans l’immensité verte et sauvage. Il nous invite à regarder là où ça fait mal, il nous pousse à retrouver le beau et le véritable derrière la plus petite des branches. Il nous met à terre, nous chahute, nous fait frémir et nous interpelle.
Que ferions-nous, à la place de ces deux jeunes soeurs ? Connaitrions-nous le même courage ? Ne nous laisserions-nous pas déborder par le désespoir ?
Au delà d’une leçon de survie, c’est un grand cri d’amour, un retour aux sources méconnues, une leçon d’union indispensable avec la nature.
Et lorsque la décision finale surgit, brutalement, on prend peur. On a envie de crier au coup de folie et, tout aussi brutalement, la peur finit par céder la place à une sorte de paix.
Je ne suis pas prête d’oublier Nell et Eva…
Là, tout de suite, si vous ne deviez en lire qu’un, ce serait celui-là, assurément !

Le tout petit extrait :
« Avant j’étais Nell, et la forêt n’était qu’arbre et fleurs et buissons. Maintenant, la forêt, ce sont des toyons, des manzanitas, des arbres à suif, des érables à grandes feuilles, des paviers de Californie, des baies, des groseilles à maquereau, des groseilliers en fleurs, des rhododendrons, des asarets, des roses à fruits nus, des chardons rouges, et je suis juste un être humain, une autre créature au milieu d’elle. »

telechargement

Publicités

6 réflexions au sujet de « Dans la forêt »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s